Nos grandes orientations

Les 15 grandes orientations de l’UNDPIP aujourd’hui :

  • Revalorisation statutaire du corps des DPIP et de l’emploi fonctionnel de DFSPIP, afin de tendre vers une grille indiciaire A+ ;
  • Défense et représentation des intérêts du corps des DPIP auprès des pouvoirs publics ;
  • Revalorisation de la Prime de Sujétion Spéciale (PSS) des DPIP et DFSPIP au même niveau que celui dont bénéficient les attachés, soit 24% du traitement brut et revalorisation de l’Indemnité de Fonctions et Objectifs (IFO) ;
  • Création d’une sous-direction de l’insertion et de la probation, afin de favoriser la prise en charge des problématiques relatives au SPIP au sein de la DAP ;
  • Établissement par la DAP d’une cartographie exacte et publique des postes de DPIP et de chefs d’antenne ;
  • Accès pour l’ensemble des DPIP à la modulation de l’IFO de fin d’année ;
  • Modification de l’arrêté fixant la localisation des postes de DFSPIP 1ère catégorie afin de leur permettre de candidater aux postes de Directeurs Interrégionaux et à l’ensemble des postes de chefs de bureaux au sein de la DAP (Cf. arrêté du 22 janvier 2016) ;
  • Ouverture de négociations afin d’assouplir les conditions d’accès pour les DPIP à des fonctions de DFSPIP 2ème catégorie et de DFSPIP 1ère catégorie ;
  • Ouverture des postes de secrétaires généraux et DRH en DISP au corps des DPIP,  postes seulement ouverts aux DSP et aux attachés ;
  • Refus du rattachement de la filière insertion et probation à la filière sociale ;
  • Demande à la DAP d’ouvrir sans délai une réflexion globale sur les missions et le positionnement des DPIP à l’aune du déploiement du RPO1 et de la réforme statutaire des CPIP ;
  • Reconnaissance officielle des DPIP en tant que cadres supérieurs : responsabilité des DPIP ( 250 000 personnes suivies, exposition médiatique lors de récidives, etc. ) et expertise métier des DPIP notamment au regard du développement de projets innovants et pluridisciplinaires (exemple : réforme pénale de 2014, déploiement du RPO, LPJ 2018)  ;
  • Refus de voir la gestion du partenariat, et notamment des activités culturelles en milieu fermé, sortir du champ de compétences des DPIP ;
  • Saisine des juridictions administratives contre tout texte ou décision juridique ne respectant pas une norme supérieure et portant atteinte à l’intérêt du corps des DPIP ;
  • Création et développement d’une plateforme d’échange professionnels.
Publicités